Poupées d’enfants berrichons

Temps de lecture estimé : Maximum '2 minutes'

Poupées d'enfants berrichons

Les habits traditionnels des poupées d’enfants berrichons paysans ou de milieu rural au 19ème siècle en France se basent en grande partie sur les écrits de Pierre Panis, mais en version poupées. Avant 6 ans, pas de distinction fille ou garçon, tout le monde s’habille sur le même modèle ! Plus précisément, l’auteur décrit largement les vêtements portés par les enfants le dimanche en Vallée Noire. En résumé, ils portent une chemise de toile qui forme également le jupon, une robe à bretelles avec des fronces à la taille, une collerette de dentelle qui forme un col, un tablier à bavette avec ou sans poche sur le devant et un béguin ou bonnet. On notera dans certains bas de la robe le « godelu » ou « troussis », un genre de pli qui permet de rallonger ou raccourcir la robe selon l’âge de l’enfant.

Ainsi, les vêtements traditionnels portés par ces bambins s’inspirent largement du patron des vêtements du dimanche des petits berrichons décrits dans le livre. Parfois, le patron de béguin, fourni également dans le livre, est utilisé.

Ces enfants ont moins de 6 ans, et un bébé est également présent dans la petite troupe. Leurs prénoms viennent des archives de l’Indre, sur les actes de naissance et de décès, comme pour tous petits personnages du folklore berrichon en tissu de ce site.

Je me suis aussi basée sur le livre de Daniel Bernard, p. 33, costumes traditionnels en Berry. Toujours, version poupée, donc artistique.

Renforcer le côté enfantin de ces poupées d’enfants berrichons

Ces poupées d’enfants berrichons furent un véritable bonheur à créer, car ils permettent une plus grande créativité que les adultes. Par exemple, les rubans sont clairement un ajout pour renforcer le côté enfantin des poupées. Les yeux et visages sont différents de ceux des adultes…. Ceci est aussi dû au fait que les enfants peuvent avoir les cheveux qui sortent de leur bonnet. On peut faire un béguin pour certains, mais là encore, la liberté est de mise :

« Pour les dimanches et fêtes, au lieu du bonnet à 3 pièces en piqué, on lui (à l’enfant) mettait un joli petit bonnet en dentelle au crochet en fil d’Irlande. Par la suite on se servait des bonnets de toute nature, jusqu’au jour où l’enfant n’en était plus un ».

Pierre Panis dans Costumes paysans en Berry, p 108

Les bonnets ont des couleurs variées. Si le tablier semblait être le plus souvent bleu, les poupées en ont également des rouges et même un brun. Le tissu des robes est également volontairement gai. A l’époque, les tissus n’étaient pas tous sombres, comme le donnent à penser les photographies en noir et blanc.

Envie de plus de photos ? Avec de gros-plans sur les poupées, et la possibilité de les voir de dos ?

Poupées d'enfants berrichons
poupeesfolkloriques.com

Dernier petit point : les tissus comme le droguet ou le chanvre sont soit difficilement trouvables, soit hors de prix au mètre. Ces poupées ont donc des tissus qui peuvent rappeler ces matières, juste pour le plaisir de se les rappeler….!